Actualités

22 juin 2016
Variations franco-japonaises à la Cour Jardin

Cachée au cœur de l’Hôtel Plaza Athénée, la Cour Jardin est l’une des plus belles terrasses de Paris, un véritable havre de paix qui propose une cuisine estivale raffinée pleine de fraicheur. Alain Ducasse a invité la chef japonaise Fumiko Kono à y prendre ses quartiers d’été, au côté du chef Mathieu Emeraud. A découvrir les variations franco-japonaises de Fumiko tels que le « Saumon mariné, avocat, concombre et pomme verte, vinaigrette au soja », ou le Menu de Fumiko en Bento.

 

 

Les fidèles de la Cour Jardin retrouvent le Homard bleu rafraîchi, légumes grillés ; le Gamberoni, vongole, calamars, brocoletti et riz de Camargue en chamba ou le Rouget à l’unilatérale, caponatina et basilic, du chef de la Cour Jardin, Mathieu Emeraud. 

La Cour Jardin
Hôtel Plaza Athénée
21 avenue Montaigne
75008 Paris 

 

A partir de 26€

Variations franco-japonaises à la Cour Jardin

Pour votre réservation,

 

contactez-nous par téléphone au : +33 (0)1 53 67 66 02

 

Ou par email à MDHcourjardin.hpa@dorchestercollection.com

17 juin 2016
Septembre 2016 – Ouverture Restaurant ore – Ducasse au château de Versailles

 

Ouverture en septembre prochain de Ducasse au château de Versailles.

Une expérience inoubliable dans ce lieu magique, avec deux univers à découvrir aux différents moments de la journée.

En journée, le restaurant ore est un élégant café contemporain ouvert à tous. Il propose un cadre et une vue exceptionnels pour faire une pause et se restaurer pendant les heures d’ouverture du château. Côté carte, des classiques de notre cuisine, mais aussi des assiettes légères et rapides pour les petites faims, des desserts et des pâtisseries gourmandes.

 

 

Le soir, Ducasse au château de Versailles est une table d’exception. Lorsque le château se vide de ses visiteurs, le restaurant devient le théâtre de grands dîners pour des événements exclusifs pour vivre une expérience inoubliable.

 

Ouverture septembre 2016

 

Château de Versailles
Pavillon Dufour – 1er étage
Place d’Armes
78 000 Versailles

contact@ducasse-chateauversailles.com

 

En savoir plus : www.ducasse-chateauversailles.com

9 juin 2016
Aux Lyonnais : Coup d’envoi gourmand pour l'Euro 2016 !

 

A l’occasion de l’Euro 2016, Aux Lyonnais a l’esprit sportif !

Du 10 juin au 8 juillet, le Chef Xavier Boireau propose un Club Lyonnais pour les amateurs de football. Une version décontractée de la fricassée de volaille au vinaigre - un des plats traditionnels de la cuisine lyonnaise - revisitée à la manière d’un sandwich, pour un déjeuner sur le pouce dans une ambiance conviviale.

 

 

Le Club Lyonnais est garni de blancs de volaille braisés et moelleux, d’une chiffonnade de salade liée avec une sauce gribiche et de copeaux de légumes de saison. En accompagnement des chips de pommes de terre et des quartiers de sucrine à tremper dans une délicieuse cervelle de canut, autre spécialité lyonnaise qui apporte fraîcheur et croquant.

En accord avec la Confluence de la Canute Lyonnaise, bière artisanale du Grand Lyon aux notes fleuries et épicées.

Rendez-vous le 10 juin chez Aux Lyonnais pour le coup d’envoi !

 

Servi uniquement au déjeuner - en entrée à partager ou en plat - 18 €

 

Aux Lyonnais
32, rue Saint Marc
75002 Paris 

www.auxlyonnais.com

 

18 €

8 juin 2016
Soupe crémeuse ciboulette écrevisses de Benoit

 

Les Editions Alain Ducasse vous offrent la recette de la « Soupe crémeuse d’écrevisses à la ciboulette » du restaurant Benoit Paris issue du livre l’Esprit Bistrot Alain Ducasse. 

Un savoureux plat de saison composé d’écrevisses, de tomates, d’un filet d’huile d’olive, d’herbes et d’aromates.
Actuellement à la carte du restaurant Benoit Paris !

 

 


L’Esprit Bistrot

 

 

Paru le 10 septembre 2015 chez Alain Ducasse Edition
Auteur : Alain Ducasse
Photographe : Pierre Monetta
Disponible en librairie au prix de 20€
Fnac et Amazon, au format numérique à 6,99€

 

 

 

Benoit
20, rue Saint Martin
75004 Paris
www.benoit-paris.com

 

 

19 mai 2016
Rech : le plat traditionnel de la Méditerranée vu par le chef Damien Leroux

 

Chef du restaurant Rech depuis 2015, Damien Leroux nous raconte son histoire et nous présente un des plats traditionnels de la Méditerranée.

Damien, vous êtes aujourd’hui le Chef du restaurant Rech. Quel est a été votre parcours ?

Je suis issu d’une famille de restaurateurs, j’ai donc pris goût très tôt à la cuisine. A l’âge de 16 ans, c’est le chef Bruno Cirino de « l’Hostellerie Jérôme » qui m’a initié à la gastronomie. Cette expérience forte dans le sud pendant quelques années m’a conforté dans mon amour de la belle cuisine. C’est alors que j’ai croisé la route d’Alain Ducasse, une rencontre déterminante pour moi. Il me propose alors de rejoindre la brigade du restaurant Le Louis XV à Monaco, où j’y ai passé trois ans aux côtés de Franck Cerutti. C’est au Louis XV que j’ai assimilé la philosophie d’Alain Ducasse de la cuisine de l’essentiel fondée sur le respect du produit. Après le Sud, il y a eu Londres puis en 2015 me voici de retour en France, à Paris, chez Rech, une très belle maison qui me correspond bien.  

 

Quel est l’âme du restaurant, sa particularité ?

Bien plus qu’un restaurant, c’est une institution parisienne fondée dans les années 20 par Adrien Rech, et reprise en 2007 par Alain Ducasse. C’est aujourd’hui une adresse de la mer incontournable. Dans un élégant décor à l’inspiration maritime, j’adapte ma cuisine à ce que la mer propose. Elle évolue au gré des marées et de mon inspiration. Par exemple, cette année j’avais envie de faire découvrir la richesse de nos littoraux en beaux produits en proposant une balade gourmande de côte en côte.

 

Parlez-nous de la Bouillabaisse, un des plats du menu Côte à Côte Méditerranée...

Commençons par son origine. Une légende raconte que la Bouillabaisse aurait été inventée par Vénus, déesse infidèle pour apaiser son époux en colère. Plus probable, l’origine de ce plat viendrait de marins qui auraient plongé les poissons abîmés, impossible à vendre, dans un grand chaudron d’eau de mer. Malgré les débats autour des poissons qui la composent, la Bouillabaisse est rapidement devenue un des plats emblématique de la Méditerranée.

Je travaille ce plat en fonction des arrivages quotidiens : mulet noir, langoustine, lieu jaune, bar, homard et palourdes sont cuisinés dans une soupe de poissons avec des pommes de terre nouvelles, de la rouille, des croûtons ainsi qu’une pincée de safran. Afin de conserver les saveurs de chaque poisson et leur texture fondante, je les ajoute au fur et à mesure dans la soupe de poissons, en fonction de la cuisson nécessaire à chacun.

 

Et quels sont les accords parfaits avec ce plat délicat ?

Notre sommelier propose trois vins : un rosé du Domaine de Lafran Veyrolles, Bandol de 2015, un rosé Whispering Angel des Domaines Sacha Lichine de 2015 et un blanc de Château Salettes, Bandol de 2015. Ces trois vins accompagnent idéalement la bouillabaisse et ont la particularité de se consommer jeune. Fins, souples et fruités avec une belle note finale en bouche, ils ravivent toutes les papilles et exaltent les saveurs des différents poissons.

 

Menu Côte à Côte Méditerranée, du 3 mai au 2 juillet - 80 € (boissons non comprises)


Rech
62 avenue des Ternes
75017 Paris
www.restaurant-rech.fr

 

17 mai 2016
Nouveau printemps pour le restaurant Le Dali

Le Meurice continue d’écrire son histoire en demeurant dans l’ère du temps. L’hôtel a fait appel à Philippe Starck ses espaces imprégnés de surréalisme, ainsi qu’à Alain Ducasse dont la cuisine nourrissait déjà l’âme des lieux.

Le Dalí est unique. Il y règne un esprit tout à fait particulier, élégant et décontracté. C’est une adresse très parisienne où l’on aime se montrer et être vu autant qu’un endroit intime et chaleureux.

Pour la réouverture du Dalí, Alain Ducasse fait dialoguer la grande tradition des brasseries parisiennes et les cuisines de la Méditerranée. Exécutée avec talent par le chef Jocelyn Herland, sa nouvelle carte illustre une vision de la cuisine d’aujourd’hui, sincère, savoureuse et conviviale avec des plats se prêtant volontiers au partage ou disponibles en demis pour un apéritif dînatoire.

 

 

Les nouvelles « Saveurs méditerranéennes » du Dalí invitent à un voyage qui débute par la Catalogne de Salvador Dalí, avec des spécialités telles que le Pimiento del piquillo farci, sauce romesco ou le Riz noir, calamari et coquillages. Il aborde aussi l’Italie par certains de ses plus beaux produits mais aussi des recettes qui évoquent une cuisine de mamma, mitonnée, amoureuse et colorée à l’exemple de la caponata de légumes ou encore d’un Bouillon et légumes d’un minestrone, condiment ail-basilic. A picorer aussi des Patatas bravas comme dans une tasca et retrouver des spécialités populaires à l’instar de cette Morue, all i oli et haricots coco qu’on retrouve de Valence au Comté de Nice et qui prend ici des accents catalans.

Avec les « Intemporels », le restaurant reste fidèle aux incontournables de la brasserie parisienne, ces plats qui ont fait du Dalí le rendez-vous de plusieurs générations. Au registre de ces classiques figurent la Sole préparée à la grenobloise, avec ses croûtons et dés de citron, ou encore la Fricassée de volaille onctueuse et légère. Les petites faims ne résisteront pas par exemple au fameux saumon de Norvège de Hansen & Lydersen.

Côté desserts, le Chef Pâtissier Cédric Grolet propose une « pâtisserie cuisinée » qui réinvente les monuments de la pâtisserie française comme le Saint-Honoré, le Paris-Brest, le Soufflé, l’Éclair et les Tartes en proposant des créations aussi irrésistibles que ce Citron en trompe l’œil d’une incroyable légèreté.

 

 

Hôtel Le Meurice

228, rue de Rivoli
75001 Paris, France

 

 

 

10 mai 2016
Nouveau printemps pour le Meurice Alain Ducasse

 

Le Meurice continue d’écrire son histoire en demeurant dans l’ère du temps. L’hôtel a fait appel à Philippe Starck pour ses espaces imprégnés de surréalisme, ainsi qu’à Alain Ducasse dont la cuisine nourrissait déjà l’âme des lieux.

La nouvelle carte du restaurant le Meurice Alain Ducasse exalte la philosophie de la cuisine du Chef. Excellence, élégance et expérience en sont les maîtres mots. Cuisine de l’essentiel toujours puisqu’elle reste fidèle à la vérité du produit et la lisibilité des recettes. Mais librement revisitée pour lui donner une impulsion nouvelle.

Chaque plat exprime la vérité du produit autour duquel il est construit. Par exemple, les carottes, l’artichaut et la betterave de Chioggia qui composent la Cocotte de légumes proviennent de Créance, en Normandie, où ils ont été cultivés dans le strict respect des règles de l’agriculture biologique.

 

 

 

Le plaisir du mangeur exige que la technique du cuisinier se fasse oublier. Et pourtant, de la technique, chez le chef exécutif Jocelyn Herland et sa brigade, il y en a ! Comme avec la complexité savamment maîtrisée avec ce filet de bonite qui est, tour à tour, très légèrement snacké pour lui donner de la tenue, puis fumé au bois de bouleau avant d’être mariné vingt-quatre heures dans un jus aromatisé.

L’essentiel en pâtisserie, pour le Chef pâtissier exécutif Cédric Grolet est de se débarrasser de l’excès de sucre et de gras qui empâtent les goûts – et le mangeur ! Mais aussi, limiter le nombre des ingrédients pour rendre les saveurs plus légères et plus lisibles.

 

 

 

Hôtel Le Meurice

228, rue de Rivoli
75001 Paris, France

www.alainducasse-meurice.com

 

2 mai 2016
Rech : un voyage gourmand sur les côtes françaises

Tout au long de l’année, Damien Leroux, le chef de Rech, proposera un voyage gourmand de côte en côte qui illustre la richesse nos littoraux en beaux produits. De la Normandie à la Méditerranée, 4 escales – 4 menus à découvrir au rythme des saisons. 

 

Du 3 mai au 2 juillet, cap sur la Méditerranée.

Une « mer au milieu des terres ». Ce terroir qui chante le soleil s’exprime à travers une nature abondante et généreuse : des potagers qui débordent de légumes et de fruits, et des fonds marins d’une extraordinaire richesse.

De Toulon à Nice, la montagne se jette directement dans la mer. C’est dans cette eau plus pure qu’évoluent de petits poissons de roche, rares mais délicieux, qui notamment donnent tout son goût à la traditionnelle bouillabaisse.

Pour les légumes et les fruits du menu de la Riviera, le chef Damien Leroux se fournit à Saint-Tropez, chez un petit producteur qui pratique la permaculture, dans le pur respect de la nature.

 

La Méditerranée a inspiré au chef Damien Leroux un beau menu terre/mer :

 

- Salade niçoise

- Bouillabaisse à notre façon

- Filets de rouget barbet poêlés, courgettes et tomates

- Banon

- Cookpot d'abricot, glace au thym

 

Pour accompagner ce menu, le sommelier Romain Loriot vous conseille en rosé le Domaine Lafran Veyrolles - 2015 - Bandol, servi en jeroboam, le Whispering Angel - 2015 - Côtes de Provence, servi en jeroboam et en Blanc le Château Salettes - 2015 - Bandol, servi en Magnum.

 

Menu Côte à Côte - 80 € (boissons non comprises)

Rech
62 avenue des Ternes
75017 Paris
www.restaurant-rech.fr

80 €

26 avril 2016
Rech : de côte en côte

 

4 escales – 4 menus à découvrir au rythme des saisons et des côtes. Tout au long de l’année, Damien Leroux, le chef de Rech, proposera un périple gourmand de côte en côte qui illustre la richesse de beaux terroirs au goût iodé.

 

Voyageur curieux, j’ai rapporté de mes périples gourmands des souvenirs et des saveurs de chaque côte de France. La Méditerranée si chère à mon cœur, la beauté sauvage du littoral Atlantique, la nature à l’état brut de la Bretagne et les ports de pêche animés de Normandie. De côte en côte, je vous invite à faire quatre escales pour découvrir ces beaux terroirs au goût iodé - Alain Ducasse





DE MARS A AVRIL

Réputée pour ses pâturages fertiles, la Normandie déroule aussi un littoral de 640 kms où défilent une élégante architecture balnéaire, de belles plages et des falaises spectaculaires. De port en port, on peut goûter plusieurs variantes de la sole normande, une recette qui met à l’honneur l’excellence de ce produit.

Devenue une signature chez Rech, la sole que l’on y sert est issue de petits bateaux adeptes de la pêche douce qui respecte la délicatesse de sa chair fine et moelleuse. La région offre aussi des légumes biologiques cultivés à Créances : culture sur sable et varech pour seul engrais.





Saint-Jacques marinées, condiment aux huîtres et fenouil marin

Cocotte de légumes
des jardins de Créances


Sole normande à notre façon

Pont l’Evêque

Tarte fine aux pommes, glace au foin

 

 

 



DE MAI A JUIN

Une « mer au milieu des terres ». Ce terroir qui chante le soleil s’exprime à travers une nature abondante et généreuse : des potagers qui débordent de légumes et de fruits, et des fonds marins d’une extraordinaire richesse.

De Toulon à Nice, la montagne se jette directement dans la mer. C’est dans cette eau plus pure qu’évoluent de petits poissons de roche, rares mais délicieux, qui notamment donnent tout son goût à la traditionnelle bouillabaisse.

Pour les légumes et les fruits du menu de la Riviera, le chef Damien Leroux se fournit à Saint-Tropez, chez un petit producteur qui pratique la permaculture, dans le pur respect de la nature.




Salade niçoise

Bouillabaisse à notre façon

Filets de rouget barbet poêlés,
courgettes et tomates


Banon

Cookpot d’abricot, glace au thym

 

 

 



DE SEPTEMBRE A OCTOBRE

Du Pays de la Loire jusqu’à la frontière espagnole, le littoral atlantique s’étire sur plus de 1 200 kms.

De longues plages de sable alternent avec des falaises et des espaces plus sauvages.
Le port ancestral de Saint-Jean-de-Luz ne pouvant accueillir que de petits bateaux a su résister à l’appel de la pêche moderne.

C’est encore selon une méthode artisanale que les pêcheurs y ramènent le délicat et savoureux merlu de ligne cuisiné par notre chef Damien Leroux qui l’accompagne des mini-poivrons bio sucrés et charnus cultivés en pleine terre par Christophe Latour.




Tartare de crevettes des marais charentais
au naturel, oseille et salicorne 

Petits encornets juste saisis,
condiment aux herbes marines


Merlu de ligne rôti, poivrons farcis,sucs de cuisson

Ossau-Iraty

Caillé de brebis,
caramel au piment d’Espelette, gâteau basque

 

 

 




DE NOVEMBRE A DECEMBRE

Les côtes bretonnes présentent une extraordinaire diversité de paysages, des plus rudes faits d’escarpements rocheux, aux plus doux faits de plages de sables fins et de fjords. Une terre 100% authentique, à l’image de Gilles Jégo,mareyeur basé au port d’Etel depuis 20 ans.

Du Morbihan au Finistère, il sélectionne pour Rech des produits extra-frais, faisant appel à des techniques de pêche respectueuses de l’environnement. Pêchés et sélectionnés dans la nuit, les poissons arrivent quelques heures plus tard dans la cuisine du restaurant.




Belles huîtres
« Princesse de Kermancy » façon Parmentier


Lieu de ligne juste saisi,
oignons de Roscoff confits


Tronçon de lotte de petit bateau,
artichauts rôtis, d’autres crus


Abbaye de la Joie de Notre-Dame

Kouign-amann

 

 

 

 

Menu proposé pour l'ensemble des convives - 80 € (boissons non comprises)

Rech
62 avenue des Ternes
75017 Paris
www.restaurant-rech.fr

 

80 €

8 avril 2016
Ouverture de Champeaux, le nouveau restaurant d’Alain Ducasse

 

Champeaux : une brasserie bien dans son époque !

La nouvelle adresse d’Alain Ducasse à Paris

 

Alain Ducasse et Olivier Maurey, créateur du Mini Palais et d’autres lieux parisiens, ont imaginé « la brasserie du XXIe siècle » située en plein coeur du 1er arrondissement de Paris, sous La Canopée  du Forum des Halles. Pour Alain Ducasse : « Nous devions imaginer ce lieu comme une édition originale de la brasserie contemporaine. »

Quelques mots d’histoire… Champeaux tire son nom d’un restaurant fondé en 1800, place de la Bourse à Paris, immortalisé dans les romans d’Emile Zola et dont les menus ont été retrouvés par Alain Ducasse dans sa collection de menus anciens. Champeaux est également le lieu-dit qui constitue l’origine des Halles de Paris en 1137. Les Champeaux ou « Petits Champs » étaient le théâtre d’un marché de plein air prospère.

Chez Champeaux, chacun est libre d’inventer sa propre expérience. Ce lieu lumineux et ouvert situé face à l’Eglise Saint-Eustache vit tout au long de la journée. On peut y prendre un déjeuner sur le pouce, grignoter et boire un cocktail à l’heure de l’apéritif ou encore faire un festin au diner. Le restaurant accueille tous les publics et toutes les envies de 11h30 du matin à minuit.

 

 

Champeaux fait revivre les plus beaux classiques de la cuisine de brasserie, avec les meilleurs produits de la saison. Une mention spéciale au soufflé, le plat-signature, auquel le chef Bruno Brangea donne une interprétation élégante et moderne, avec des versions salées et des versions sucrées.

Un monumental tableau d’affichage - semblable à ceux des gares et aéroports - fait défiler l’actualité du restaurant : la carte, la suggestion du chef, le cocktail du jour…

Les lignes dépouillées, les matériaux bruts et les immenses baies vitrées créent une atmosphère chaleureuse et contemporaine. Artisans choisis sur le volet, mobilier créé sur mesure, noblesse des matériaux… le collectif de designers Ciguë a su donner une âme à la structure industrielle existante de ce grand espace ouvert sur une terrasse ensoleillée donnant sur le jardin Nelson Mandela, près de 4 hectares de verdure en plein Paris.

D’une capacité de quatorze convives, le salon privé donne sur le parvis de la Canopée. Les tables de cet espace sont deux pièces rares dénichées par Alain Ducasse chez un antiquaire. Durant un siècle, elles ont été utilisées dans le réfectoire du lycée Lakanal de Sceaux. Elles portent les stigmates du passé dans les irrégularités et usures de leur rebord cranté par les couverts des élèves sans doute impatients de déjeuner !

 

 

Orchestrée par le chef sommelier des restaurants d’Alain Ducasse, Gérard Margeon, la carte des vins est dynamique et tournée vers l’Europe avec pas moins de 70 références qui changeront au gré du vent. Dans la catégorie bio et organique, un blanc, un rouge et un champagne seront proposés chaque semaine. La mixologie est également au cœur de Champeaux. La chef barmaid canadienne, Marjolaine Arpin, réinterprète quelques classiques en s’inspirant de l’histoire du quartier et du restaurant Champeaux de l’époque. Elle propose une série de cocktails-signatures aussi inédits que sophistiqués.

On se laisse porter par l’ambiance sonore créée par le DJ et designer sonore Malik Alary qui propose une playlist pointue évoluant au fil de la journée. 

 

 

Découvrir la carte

 

 

Champeaux
Ouvert 7j/7
Du dimanche au mercredi : 11h30-Minuit
du jeudi au samedi : 11h30-1h00


La Canopée – Forum des Halles (Porte Rambuteau), 75001 PARIS
T : +33 1 53 45 84 50
www.restaurant-champeaux.com